LOUSTIC a vocation de placer l’utilisateur au cœur du processus de conception de produits innovant en se positionnant
dans une démarche de Conception Centrée Utilisateur (CCU) pour la réalisation de ses projets. Ce processus de conception
permet l’intégration à la fois précoce des utilisateurs (en amont du cycle de développement du produit) et itérative
(tout au long des étapes clés du projet) afin de concevoir pour l’utilisateur et avec l’utilisateur.

La CCU est formalisée dans la norme ISO 9241-210 qui la décrit comme « une manière de concevoir les systèmes interactifs,
ayant pour objet spécifique de rendre les systèmes utilisables » et définit 5 principes nécessaires à la mise en œuvre
de la démarche :

  • la prise en compte en amont des utilisateurs ;
  • une participation active des utilisateurs ;
  • une répartition appropriée des fonctions entre les utilisateurs et le système ;
  • l’itération des solutions de conception ;
  • une conception avec une équipe pluridisciplinaire.
La CCU suit un processus itératif en 4 étapes (Figure 1) favorisant :

  • une connaissance de plus en plus fine des besoins des utilisateurs et des contextes d’utilisation ;
  • une adaptation progressive du produit aux besoins des usagers ;
  • une validation des choix de conception par évaluation sur le terrain ;

Figure 1 : Le processus itératif de conception centrée sur l’utilisateur (d’après la norme ISO 9241-201 de 2010)
L’objectif de la phase d’analyse est double, d’une part définir les attentes et les besoins des utilisateurs finaux, et d’autre part exprimer et valider les besoins de l’entreprise. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées séparément ou conjointement afin de comprendre les utilisateurs finaux, leurs caractéristiques, leurs buts et tâches, leurs environnements. On y retrouve les observations, les entretiens, les questionnaires, les focus groups, les séances de brainstorming (liste non exhaustive).
L’ensemble des éléments de cette phase conduit à une analyse fonctionnelle, où les résultats seront décrits à travers le cahier des charges fonctionnel qui donnera la direction à suivre pour l’étape suivante de conception.

Cette phase repose sur le maquettage du produit en se basant sur les résultats de la phase d’analyse, sur des principes et recommandations ergonomiques, ainsi que des séances de créativité. Différents formats de maquettes sont réalisables en fonction du contexte, sur papier, en storyboard, en html, avec des logiciels (Power point, Axure, Balsamic) ou avec la technique du magicien d’oz(1) pour les applications plus complexes.
Suite aux retours de la phase d’évaluation, la maquette ou le prototype sera amené à évoluer, où chaque itération va entrainer l’enrichissement et la finalisation du produit.
(1) Technique du magicien d’oz : simulation de certaines fonctionnalités ou de la totalité du système par un compère humain à l’insu du sujet.

La phase d’évaluation est essentielle dans la conception et a pour but de mesurer l’utilisabilité, qui est le « degré selon lequel un système, un produit, un service peut être utilisé, par des utilisateurs spécifiés, pour atteindre des buts définis avec efficacité(2), efficience(3) et satisfaction(4) dans un contexte d’utilisation spécifié » (Nielsen, 1993). Suivant les résultats, les choix de conception du système pourront être ajustés. Le Test Utilisateur (en laboratoire, en situation réelle, en ligne) est généralement appliqué dans cette phase, et peut s’alimenter de différents outils tels que l’eye tracking, un simulateur, l’enregistrement de parcours web, l’enregistrement vidéo du comportement, des entretiens, etc.

(2) : « Précision et degré d’achèvement selon lesquels l’utilisateur atteint des objectifs spécifiés. »
(3) : « Rapport entre les ressources dépensées et la précision et le degré d’achèvement selon lequels l’utilisateur atteint les objectifs spécifiés. »
(4) : « Absence d’inconfort et attitudes positives dans l’utilisation du produit. »